Débris

Je sais pas vous, mais moi, y’a un truc qui m’agace depuis quelques jours : y’a plein de gens qui parlent d’un « débris d’aile » pour parler du flaperon de Boeing 777 récemment découvert.

Pourquoi donc, me direz-vous ?

Et bien, parce qu’un débris est un « morceau ou ensemble de morceaux qui restent d’une chose brisée, détruite par une action physique ou chimique, naturelle ou provoquée » (TLF), un « reste de ce qui est brisé ou en partie détruit » (Académie).

Le flaperon, d’après les photos qu’on en a vues, est entier, vaguement cabossé et un peu couvert de balanes, mais pas spécialement brisé ni détruit. Quant à l’aile, on n’a aucune idée de son état, elle est peut-être encore entière à cet élément près, quelque part au fond de l’océan indien.

En tout cas, un flaperon complet, pour moi, c’est pas un débris, c’est un morceau, ou mieux encore une pièce.

Si vous avez l’impression que je pinaille, je ne vous donnerai pas forcément tort. Mais des gens qui gagnent leur vie grâce à l’information en langue française seraient bien inspirés de l’utiliser avec le maximum de précision possible.