Joyeux anniversaire

Sa sœur aînée s’é­tait avé­rée instable, ingé­rable même, au point que l’on dut la faire piquer. La cadette devait donc être plus calme, quitte à se révé­ler un peu rigide. À peine née, elle s’at­ti­ra bien des cri­tiques : on l’ac­cu­sa d’être inca­pable d’é­vo­luer et de faire le jeu des dic­ta­teurs — ce qui n’é­tait guère éton­nant, Papa étant d’un natu­rel auto­ri­taire et sa reje­tonne ne cachant pas la filia­tion. Elle sut pour­tant mon­trer équi­libre et sou­plesse. Elle ne recou­rut à la force qu’ex­cep­tion­nel­le­ment, gérant en finesse des situa­tions ten­dues que ses géni­teurs n’a­vaient pas anti­ci­pées et offrant fina­le­ment à ses ouailles plus de liber­tés qu’at­ten­du. Il est d’au­tant plus para­doxal que ses gar­diens aient mis un tel achar­ne­ment à la convaincre de s’al­lier aux puis­sants, jouant avec ses équi­libres déli­cats jus­qu’à lui impo­ser un calen­drier unique pour s’as­su­rer qu’elle ferait effec­ti­ve­ment le jeu des aspi­rants dic­ta­teurs.

Joyeux anni­ver­saire, Consti­tu­tion de la Ve Répu­blique.