Joyeux anniversaire

Papa n’é­tait pas très sub­til, mais il aimait l’ef­fi­ca­ci­té. Logi­que­ment, il trans­mit ses valeurs à son fils aîné. Le reje­ton héri­ta ain­si d’une vision du monde assez mani­chéenne, avec les gen­tils, le méchant et les vic­times col­la­té­rales ; mais il avait un indé­niable sens du rythme et une grande capa­ci­té à se fondre dans des envi­ron­ne­ments variés, des boîtes bran­chées aux com­mis­sa­riats pouilleux en pas­sant par les ruelles suin­tantes de misère et les conven­tions de science-fic­tion. Maman lui avait aus­si ensei­gné de bonnes valeurs : il savait res­pec­ter les dames, voire leur don­ner le beau rôle. Modeste et sans pré­ten­tion, il aimait les mœurs de son époque, qu’il s’a­gisse de musique ou de coif­fure ; il s’a­vé­ra excellent cama­rade et se fit une foule d’a­mis fidèles, qui conti­nuent à rendre visite à ses nom­breux des­cen­dants trente-cinq ans plus tard.

Je plains les quatre habi­tantes de Los Angeles qui portent ce nom et sont encore dans l’an­nuaire. — pho­to Hem­dale Film Cor­po­ra­tion

Joyeux anni­ver­saire, The Ter­mi­na­tor.