Joyeux anniversaire

Il était ambi­tieux. Sûr de sa puis­sance, il fut l’un des pre­miers bipèdes à vou­loir s’at­ta­quer aux qua­dru­pèdes. Plus grand, plus fort que ses aînés, il savait cou­rir vite et long­temps ; il s’an­non­çait éga­le­ment grim­peur hors pair et pro­met­tait de ne jamais man­quer d’air. Il pei­na pour­tant à convaincre et, ne trou­vant pas de tra­vail dans son domaine, il se réso­lut à signer dans l’ar­mée. Fi des courses pres­ti­gieuses et des ami­tiés sophis­ti­quées : pen­dant quatre ans, il joua la mule dans les sen­tiers oubliés de l’Hi­ma­laya. Il ren­tra ensuite au pays, espé­rant trou­ver une acti­vi­té de chauf­feur de maître, mais la décep­tion fut à nou­veau au ren­dez-vous et il pas­sa les décen­nies sui­vantes à trans­ba­hu­ter des palettes par­tout où on lui pro­po­sait un petit job. Ayant rava­lé ses ambi­tions, il se fit plu­tôt bien à cette vie loin des regards : à quatre-vingts ans, il conti­nue à faire de petites livrai­sons dans le Grand Nord cana­dien.

Curtiss Commando - photo by Anson Chappell
Deux baleines conti­nuent à ser­vir au quo­ti­dien du côté de Yel­lowk­nife… — pho­to Anson Chap­pell, CC-BY-ND

Joyeux anni­ver­saire, Cur­tiss “Whale” Com­man­do.