Joyeux anniversaire

Papa avait la folie des gran­deurs : il vou­lait avoir le plus bel et le plus fort enfant du pays. On peut dire qu’il attei­gnit la moi­tié de ses objec­tifs : le phy­sique du nou­veau-né lais­sait vague­ment pen­ser que Cyra­no de Ber­ge­rac et Maï­té avaient fau­té, ou qu’un alba­tros avait copu­lé avec un wagon­net de mine, mais il avait la taille pour lui. L’enfant s’avéra quelque peu capri­cieux et seule une atten­tion constante pou­vait l’empêcher de se mettre à hur­ler. Il n’attendit que quelques mois avant de se cas­ser, empor­tant une bonne par­tie de la famille et lais­sant son géni­teur seul et éper­du.

Oui, ce machin a volé. Un des pre­miers par­mi une longue série d’hor­reurs sovié­tiques.

Joyeux anni­ver­saire tout de même, Kali­nin K-7.