Socialiste…

Alors voilà, je le dis, je l’avoue : je suis d’accord avec Ségolène Royal.

Oui, voir Aubry et Delanoë s’allier pour que la première devienne premier secrétaire du Parti socialiste, ça a un vieil air de vieux dinosaures qui veulent pas lâcher leur place. Oui, il est temps de passer la direction du PS à une nouvelle génération, si possible en zappant les crétins qui veulent tous unir le parti, mais chacun pour soi.

En revanche, là où j’ai du mal à suivre notre ex-prétendante au trône présidentiel, c’est qu’à l’entendre, j’ai l’impression qu’elle compte incarner cette nouvelle génération.

Eh, oh, ma vieille, notre maire à tous avait trois ans quand vous avez commencé à respirer ! Z’êtes même plus vieille que le premier secrétaire actuel du parti !

Nouvelle génération, la Royal ? S’il s’agit de dire que les jeunes n’ont rien dans le crâne, effectivement, il y a quelque chose en elle de jeune. Sinon, c’est bien les même relents de moi, moi-même et je qu’on reproche aux autres qu’on peut entendre dans ses logorrhées actuelles. Rénover la politique ? Si ça veut dire singer l’autre crétin dans l’apologie de l’agitation permanente, du gouvernement à vue, de la législation à chaud et de l’émotion facile ou pour opposer un culte de la personnalité à un autre culte de la personnalité, merci, mais non merci !

Si vous voulez qu’une nouvelle génération prenne les reines du parti, c’est pas compliqué : débarrassez le plancher et emportez avec vous ces « ténors » si forts en tout.

Ah, et au passage : la grande question il y a dix ans, quand Jospin est devenu premier sinistre, c’était : « doit-on s’allier avec les cocos ». La grande question maintenant, c’est « doit-on s’allier avec le centre ». Si vous vous demandez pourquoi les socialistes votent de plus en plus communiste révolutionnaire alors qu’ils ne sont ni communistes, ni révolutionnaires, ne cherchez pas plus loin.