Confrères et cons frères

Les esprits observateurs auront noté l’apparition récente d’une nouvelle rubrique, élégamment intitulée « confrères et cons frères ».

Un coup d’œil rapide à icelle pourrait vous convaincre qu’il ne s’agit que de relever les conneries vues, lues ou entendues chez les autres individus dotés du sésame à musées gratuits — traditionnellement baptisé d’un nom bien moins pratique : Carte d’identité des journalistes professionnels, qui n’explique absolument pas à quoi ça peut bien servir.

Il faut bien reconnaître que ça fait partie de mes passe-temps, qu’il s’agisse de critiquer ceux de mes confrères (ben oui, j’ai ce fameux Multipass Expos, le mien a le numéro 112319) qui ne prennent pas le temps de vérifier une info¹, ceux qui utilisent des mots à tort et à travers² ou ceux qui font dans l’émotion facile plutôt que dans l’information³.

Sachant cela, vous ne serez guère étonnes du subtil jeu de mots qui constitue la deuxième partie du titre de cette rubriques.

Néanmoins, il convient de signaler que cette rubrique ne porte pas que sur les conneries énoncées par les présentateurs télé, rédacteurs de presse écrite et consorts.

En effet, elle pourra inclure des billets relatifs à des réflexions générales sur la presse, comme ce superbe exemple de profonde réflexion philosophique qui me voyait m’interroger sur la radinerie de certains lecteurs, et il n’est pas exclu que l’on y retrouve un jour des hommages vibrants à ceux de mes confrères pour qui j’ai un immense respect nourri d’admiration béate à la limite de l’adulation. J’y ai par exemple inclus mon billet sur Le photographe de Guibert et Lefèvre.

Bref, cela regroupera mes réflexions et remarques en vrac (et surtout critiques bien sûr, vous me connaissez) inspirées par mon boulot de journaliste testeur, par la pratique un peu plus huppée qui est celle du reportage (voire la variante la plus emblématique, le reportage en zone hostile), et par ceux qui les font.

¹ exemple : « sous ce pont passeront les plus longues ailes jamais produites », émouvante déclaration d’un journaliste de France 3 parlant du trajet fluvial des pièces détachées d’Airbus A380, sauf que les ailes d’A380 (79 m d’envergure) sont plus courtes que celles de l’Antonov Mriya (88 m) ou du Hughes Hercules (97 m).

² exemple : « piratage » régulièrement placé en lieu et place de « piraterie ».

³ exemple : ouh là, me demandez pas d’en choisir un seul. Enfin si, l’arrivée en France des dépouilles de soldats morts en Afghanistan était grandiose.