Oscars

Cette nuit, ce sont les Oscars, récom­pense suprême du ciné­ma amé­ri­cain et, par tant, du ciné­ma mon­dial — faut admettre que les César ont un peu trop ten­dance à récom­pen­ser l’art pour l’art, quitte à ce que ce soient des films à chier qui se regardent le nom­bril…

Donc, les Oscars.

Et pour une fois, j’ai vu beau­coup des films cités, notam­ment tous les favo­ris, qui sont sor­tis à temps cette année (j’ai l’impression que le déca­lage entre sor­ties amé­ri­caine et fran­çaise se réduit, mer­ci à la pira­te­rie peut-être ? ^^ ).

Donc, jouons aux pro­nos­tics :

Meilleur film

127 heures ; Black swan ; Le dis­cours d’un roi ; Figh­ter ; Incep­tion ; The social net­work ; Tout va bien ; Toy sto­ry 3 ; True grit ; Winter’s bone.

J’ai vu les huit qui sont sor­tis chez nous (Figh­ter et Winter’s bone sont atten­dus dans les pro­chaines semaines). Pour moi, c’est Incep­tion qui domine, mais je sais qu’il m’a par­lé très per­son­nel­le­ment et recon­nais volon­tiers que Black swan, Le dis­cours d’un roi ou même The social net­work peuvent rece­voir le prix sans que ça soit scan­da­leux.

Par contre, 127 heures, hum… Qu’est-ce qu’il fait là ? Oo’

Acteur dans un rôle prin­ci­pal

Javier Bar­dem dans Biuti­ful ; Jeff Bridges dans True grit ; Jesse Eisen­berg dans The social net­work ; Colin Firth dans Le dis­cours d’un roi ; James Fran­co dans 127 heures.

Je les ai tous vus, sauf Biuti­ful. Pour moi, c’est bou­clé : c’est Colin Firth. Eisen­berg est excellent, mais pas bou­le­ver­sant, Bridges est le vrai concur­rent mais il l’a déjà eu l’an pas­sé, et Fran­co, woua­ha­ha­ha, non mais c’est une blague ?

Acteur dans un rôle secon­daire

Chris­tian Bale dans Figh­ter ; John Hawkes dans Winter’s bone ; Jere­my Ren­ner dans The town ; Mark Ruf­fa­lo dans Tout va bien ; Geof­frey Rush dans Le dis­cours d’un roi.

Pas vu les deux pre­miers. Ren­ner était excellent, Ruf­fa­lo passe-par­tout (le point faible de Tout va bien, à mon humble avis), donc je roule pour Geof­frey Rush, très bon… Même si d’autres penchent pour Chris­tian Bale, et je veux bien croire qu’il le mérite vu le pas­sé du bon­homme.

Actrice dans un rôle prin­ci­pal

Annette Bening dans Tout va bien ; Nicole Kid­man dans Rab­bit hole ; Jen­ni­fer Law­rence dans Winter’s bone ; Nata­lie Port­man dans Black Swan ; Michelle Williams dans Blue Valen­tine.

Annette, Michelle, du fond du cœur, déso­lé. Vous savez que je vous adore, les filles. Déso­lé aus­si pour Jen­ni­fer, qui m’a don­né des fris­sons juste dans la bande-annonce tout à l’heure. Mais là, c’est bou­clé : c’est Nata­lie et c’est pas négo­ciable.

Actrice dans un second rôle

Amy Adams ou Melis­sa Leo dans Figh­ter ; Hele­na Bon­ham Car­ter dans Le dis­cours d’un roi ; Hai­lee Stein­feld dans True grit ; Jacki Wea­ver dans Ani­mal king­dom.

J’ai juste vu Le dis­cours d’un roi et True grit, mais vu le niveau, je pense pas que le prix parte ailleurs (ou alors, Figh­ter et Ani­mal king­dom, qui sortent dans les pro­chaines semaines, auront vrai­ment un second rôle fémi­nin en or mas­sif).

Hele­na a dia­ble­ment assu­ré son rôle de Queen Mum, mais per­son­nel­le­ment je penche ici pour Hai­lee, ce qui serait assez inédit pour une actrice de cet âge et de cette expé­rience (elle n’a à son actif que deux rôles ponc­tuels dans des séries télés et une poi­gnée de courts-métrages). Acces­soi­re­ment, je com­prends pas pour­quoi elle est nomi­née comme second rôle, alors que son per­son­nage est le plus impor­tant du film et qu’on la voit autant à l’écran que Jeff Bridges, nomi­né comme pre­mier rôle un peu plus haut. Idée far­fe­lue : la mettre dans une autre caté­go­rie que Nata­lie, à qui la récom­pense pour un rôle prin­ci­pal est pro­mise, pour lui filer une sta­tuette à elle aus­si. Ça serait fort poli­tique et à la limite de la jus­tice, mais on a déjà vu des arran­ge­ments plus bizarres…

Mais après tout, comme j’ai pas vu les trois autres actrices, ça peut tout à fait leur tom­ber des­sus, j’en serai pas cho­qué.

Film d’animation

Dra­gons de Chris San­ders et Dean DeBlois ; L’illusionniste de Syl­vain Cho­met ; Toy sto­ry 3 de Lee Unkric.

J’ai pas vu L’illusionniste, du même auteur que Les tri­plettes de Bel­le­ville. À moins que Cho­met ait sérieu­se­ment rehaus­sé son jeu, pour ma part, je reste sur l’excellent Dra­gons, qui m’a beau­coup amu­sé à défaut de bou­le­ver­ser l’histoire du ciné­ma.

Réa­li­sa­teur

Dar­ren Aro­nof­sky pour Black swan ; David Rus­sell pour Figh­ter ; Tom Hoo­per pour Le dis­cours d’un roi ; David Fin­cher pour The social net­work ; Joel et Ethan Coen pour True grit.

Tou­jours pas vu Figh­ter, je vais finir par croire qu’il faut se pen­cher des­sus — il sort mer­cre­di en huit.

En atten­dant, pour moi, ça se joue entre les Coen et Aro­nof­sky. The social net­work est très bien réa­li­sé, mais un ton en-des­sous, et Le dis­cours d’un roi manque un poil de nerf par moment. J’ai vrai­ment du mal à choi­sir entre True grit et Black swan, dont la réa­li­sa­tion est très dif­fé­rente : sobrié­té wes­ter­nesque clas­sique pour l’un, flam­boyance baroque pour l’autre. Dans tous les cas, ça sera méri­té.

Mon­tage

Andrew Weis­blum pour Black swan ; Pame­la Mar­tin pour Figh­ter ; Tariq Anwar pour Le dis­cours d’un roi ; Jon Har­ris pour 127 heures ; Angus Wall et Kirk Bax­ter pour The social net­work.

Éli­mi­nons d’entrée l’épileptique qui a pon­du le mon­tage de 127 heures : si je dois le féli­ci­ter, ça sera pour son bou­lot sur Kick-Ass (oui oui, c’est le même Jon Har­ris), mais cer­tai­ne­ment pas pour ce clip — où, soyons hon­nête, il a fait ce qu’il a pu pour dyna­mi­ser un film plom­bé dès le sce­na­rio.

À moins que Figh­ter soit un grand mon­tage, ce qui est pos­sible, je roule ici pour Andrew Weis­blum.

Bande ori­gi­nale

John Powell pour Dra­gons ; Hans Zim­mer pour Incep­tion ; Alexandre Des­plat pour Le dis­cours d’un roi ; A.R. Rah­man pour 127 heures ; Trent Rez­nor et Atti­cus Ross pour The social net­work.

Tiens, j’ai vu les cinq.

Zim­mer et Rah­man sont out d’entrée, ou alors le jury a de la merde dans les oreilles. Aucune des autres B.O. ne m’a vrai­ment mar­qué, donc que le meilleur gagne.

Effets visuels

Alice au pays des Mer­veilles ; Au-delà ; Har­ry Pot­ter et les reliques de la mort, pre­mière par­tie ; Incep­tion ; Iron man 2.

Ça m’écorche le cul, mais je dois l’admettre : Iron man 2 a vrai­ment de super effets visuels. C’est sans doute le plus impres­sion­nant des cinq et je serais pas éton­né qu’il l’emporte ; pour­tant, à sa façon, Au-delà en fait plus : l’utilisation des effets spé­ciaux pour obte­nir un résul­tat ultra-réa­liste fonc­tionne à fond. Incep­tion est plus clas­sique, mais par­fai­te­ment maî­tri­sé, donc peut rece­voir une sta­tuette aus­si.

Sce­na­rio adap­té

127 heures ; The social net­work ; Toy sto­ry 3 ; True grit ; Winter’s bone.

N’ayant pas vu le der­nier, je votre pour True grit.

Sce­na­rio ori­gi­nal

Ano­ther year ; Le dis­cours d’un roi ; Figh­ter ; Incep­tion ; Tout va bien.

Incep­tion, Incep­tion, Incep­tion !!! C’est tout ce que j’ai à dire à pro­pos de ça.

Voi­là, ren­dez-vous demain pour savoir dans quelles rubriques l’Académie m’aura éner­vé. ^^