Nouveau 3 — Nvidia 1

Vous le savez peut-être : il y a deux grandes poli­tiques oppo­sées, quand on est fabri­cant de maté­riel infor­ma­tique, vis-à-vis des sys­tèmes d’exploitation les moins répan­dus.

En fait, trois, si on compte les “pre­nez Win­dows ou Mac OS X et venez pas me faire chier”, qui n’est à mon humble avis pas une poli­tique accep­table.

Il y a d’un côté les construc­teurs qui four­nissent les spé­ci­fi­ca­tions de leurs pro­duits pour per­mettre aux uti­li­sa­teurs de déve­lop­per eux-mêmes les pilotes néces­saires, ou qui par­ti­cipent au déve­lop­pe­ment de pilotes libres.

Et de l’autre, ceux qui déve­loppent en interne des pilotes pri­vés, gar­dant jalou­se­ment leurs secrets de fabri­ca­tion.

Cette dicho­to­mie touche notam­ment les construc­teurs de cartes gra­phiques : d’un côté, Intel et AMD (mai­son-mère d’ATI), qui four­nissent les specs, per­met­tant à n’importe quel pro­gram­meur com­pé­tent de créer des pilotes uti­li­sables sous la licence de son choix. Le résul­tat, c’est que les cartes Intel et ATI sont recon­nues direc­te­ment avec l’accélération 3D sur la plu­part des sys­tèmes d’exploitation libres, notam­ment GNU/Linux qui est l’OS que j’utilise habi­tuel­le­ment (dans sa variante Ubun­tu Nat­ty, ces temps-ci). Au pas­sage, notons que ATI pro­pose éga­le­ment des pilotes pro­prié­taires, cen­sés être plus per­for­mants.

De l’autre, Nvi­dia, qui ne four­nit aucune infor­ma­tion aux pro­gram­meurs tiers et pro­pose un pilote pro­prié­taire. Celui-ci est per­for­mant en matière d’accélération 3D, mais souffre de plu­sieurs limi­ta­tions, en par­ti­cu­lier pour la ges­tion du mul­ti-écrans. Ça ne me gêne pas (mes deux écrans sont à l’horizontale et n’appliquer qu’un pro­fil à la fois ne me trau­ma­tise pas), mais avec le pas­sage à Nat­ty j’ai noté quelques petits bugs d’affichage.

Ven­dre­di, en arri­vant chez mes parents, la coupe est pleine : le pilote Nvi­dia a conser­vé la trace de ma confi­gu­ra­tion domes­tique, avec un Sam­sung F3280M à gauche de mon por­table, et n’a pas été fichu de détec­ter qu’il n’y a plus que l’écran du por­table. Le pro­blème, c’est que du coup les pan­neaux Gnome s’affichent dans le vide, de même que les fenêtres que j’ouvre.

Après avoir modi­fié le xorg.conf en mode console et redé­mar­ré GDM, j’ai pu retrou­ver mon bureau sur un seul écran. Mais bon, plein le cul de ces conne­ries, il paraît que le pro­jet Nou­veau atteint un niveau de fia­bi­li­té cor­rect même en 3D (mal­gré un déve­lop­pe­ment entiè­re­ment fait par rétro-ingé­nie­rie, mutisme de Nvi­dia oblige), c’est peut-être le moment de les essayer.

Étape 1 : sup­pri­mer les pilotes Nvi­dia et ins­tal­ler la ver­sion expé­ri­men­tale des pilotes Nou­veau, avec le sup­port de Gal­lium 3D.

Étape 2 : reboo­ter et regar­der si ça marche.

Pre­mière chose : oui, ça marche. Com­piz est content, j’ai bien de la 3D, you­pi.

Deuxième chose : un seul pro­gramme n’est pas content, c’est Google Earth. Il me dit que là, niveau perfs, c’est vrai­ment pas ter­rible, et affiche genre cinq images par seconde, ce qu’en bon fran­çais on appelle “sac­ca­der comme un goret”. Pré­ci­sons que j’ai pas de jeux 3D sur mon poste, je pré­sume qu’eux aus­si pour­raient se plaindre des per­for­mances gra­phiques.

Troi­sième chose : pour le reste… tout va bien. Vrai­ment.

Au point que j’ai plu­sieurs bugs qui ont dis­pa­ru, à com­men­cer par les pro­blèmes de Fire­fox : l’affichage de cette pub ne fait plus ralen­tir la machine ni satu­rer un cœur de pro­ces­seur, et des petits pro­blèmes avec la ges­tion de la trans­pa­rence sur cer­tains sites web (notam­ment Face­book et Sens Cri­tique) ont éga­le­ment déga­gé.

Autre bug chiant : je ne pou­vais pas ouvrir deux ses­sions simul­ta­né­ment sur mon poste. En fait, je pou­vais, mais un bug gra­phique me rui­nait l’affichage lorsque je reve­nais sur la pre­mière ses­sion ouverte. Du coup, je fer­mais la ses­sion à chaque fois que je vou­lais chan­ger d’utilisateur. Main­te­nant, le switch marche sans bug et je retrouve le carac­tère mul­ti-uti­li­sa­teurs OS Unix.

Ah, et bien sûr les outils de confi­gu­ra­tion com­pa­tibles Ran­dR recon­naissent main­te­nant par­fai­te­ment les écrans connec­tés, ce qui devrait m’épargner les sou­cis d’écran fan­tôme en dépla­ce­ment…

Au final, si je fais le bilan, les pilotes pro­prié­taires Nvi­dia n’ont qu’un avan­tage : les per­for­mances. Pour le reste (com­pa­ti­bi­li­té, bugs, mul­ti-ses­sions), Nou­veau les écrase.

Et les per­for­mances de Nou­veau sont suf­fi­santes pour mon uti­li­sa­tion quo­ti­dienne, donc pour l’instant je vais res­ter là-des­sus en médi­tant sur la supé­rio­ri­té de l’Open Source.

Et sur l’incurie de Nvi­dia.