Gente

Il y avait long­temps que je ne m’étais pas éle­vé contre le mas­sacre de notre langue. Faut dire que faire la liste des trucs cré­tins, ça va bien cinq minutes, mais on finit par y pas­ser sa vie, alors faut trier et ne gar­der que le meilleur du meilleur.

Mais là, je viens d’entendre dans la bouche d’un débile qui pas­sait à la télé un truc qui fait à mes tym­pans l’effet d’une GBU-24 sur la mai­son du pre­mier petit cochon. Or, ce truc a la mau­vaise habi­tude de se répandre dans le lan­gage des gens au point que cer­tains sont convain­cus que c’est la bonne façon de dire.

Ce truc, le voi­ci :

la gente fémi­nine

Alors voi­là, c’est simple :

gent, gente est un adjec­tif vieillot syno­nyme de “plai­sant” ou “noble” ;

gent est un nom com­mun fémi­nin dési­gnant un groupe. La racine est la même que “gens” : “la gent”, c’est un groupe de gens, “les gens”, c’est l’ensemble des gens.

Si on parle de l’ensemble des gens de sexe fémi­nin, c’est donc “la gent fémi­nine”.

Comme dirait mon émi­nent cama­rade de Bes­che­relle ta mère, c’est un cas de “tu l’apprends une fois et c’est bon, bor­del”. Alors tu l’apprends, mer­ci.