Première mondiale

Aujourd’hui, le groupe Airbus a présenté le prototype de son premier avion électrique destiné à être produit en série (qui vole depuis plus d’un mois).

Voici ce que France 2 a trouvé à en dire (aller à 30:03 pour le début du reportage) :

Sous ses airs de maquette pour grands enfants, l’E-fan est propulsé uniquement grâce à de l’électricité, une première mondiale.

Bon, j’ai sérieusement manqué d’air pendant vingt minutes, mais ce qu’il m’en reste, je vais le souffler dans les bronches de Julien Duperray et Matthias Second, mes honorables confrères qui ont signé cette horreur.

Ces deux individus auraient pu, voire auraient dû (après tout, c’est leur métier), faire un truc tout simple : taper « avion électrique » dans Google. Je veux pas donner des leçons de vérification des sources, mais là, on n’est même pas au B-A-BA du journalisme, c’est le niveau encore avant.

Quand on tape « avion électrique » dans Google, qu’est-ce qu’on apprend ? Ben on tombe tout droit là-dessus, où l’on lit que le premier vol d’un avion électrique a eu lieu le 23 décembre 2007, avec l’Electravia BL1E Electra. Mieux : c’était déjà un avion français. On y lit que Solar Impulse a déjà fait des vols de 18h, non seulement avec une propulsion intégralement électrique, mais grâce à une alimentation solaire. On y lit que les avions électriques sont tellement pas nouveaux qu’il y a même des records de vitesse, régulièrement battus.

En fait, cette page Wikipédia est, en plus, exemplaire de pourquoi il faut se méfier de Wikipédia : elle oublie tous les avions électriques construits à partir de planeurs modifiés. Le premier appareil à motorisation électrique ayant décollé avec un pilote à bord était ainsi un motoplaneur autrichien Brditschka HB-3 dont le Rotax avait été remplacé par un Bosch de 13 chevaux, qui a volé le 23 octobre… 1973. Oui, il y a plus de quarante ans !

Le fait est que ces appareils étaient des prototypes uniques. La nouveauté du E-fan, c’est qu’il est destiné à être produit en série, si tout va bien sous trois ans. Il est également possible que ce soit le premier biplace électrique à voler, je manque de sources sur ce point. Mais il est tout simplement mensonger de qualifier de « première mondiale » le fait qu’un avion soit propulsé électriquement.

Le pire, c’est qu’il est extrêmement facile de voir voler des avions électriques quand on est journaliste. Il suffit de mettre les pieds à la Ferté-Alais, au Bourget ou à n’importe quel meeting où la carte de presse permet de rentrer : Hugues Duval, qui je crois a toujours le record de vitesse en avion électrique avec son Cri-Cri bimoteur pointé à plus de 280 km/h, montre son bébé (ci-dessus, au Bourget en 2011) dès qu’il en a l’occasion — soit en décollant lui-même, soit en l’accrochant sur un Broussard pour rigoler comme ci-dessous.

Je rappelle au passage que la charte de Munich stipule que la sixième obligation d’un journaliste est de « rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ». J’attends donc l’erratum au 20h de demain soir.

Au passage : Julien Duperray et Matthias Second sont évidemment bienvenus s’ils souhaitent répondre. J’ai aussi au moins deux potes qui connaissent Hugues Duval, au cas où ils voudraient lui demander ce que ça fait d’avoir eu quatre ans d’avance sur une « première mondiale ».

  • Second

    Votre ton et vos leçons de journalisme , vous devez bien supposez ce que j’en pense . Je persiste , L’eFAN est le premier avion électrique autrement que construit que par des amateurs au fond de leur garage .
    Il s’agit du premier avion électrique de nouvelle génération , soutenu par un industriel de taille puisqu’il s’agit d’Airbus ,avion susceptible d’être produit en série !
    Vous ne faites pas la différence ,vous ,entre cet aéronef novateur et un cricri qui vole comme un fer à repasser ?!
    Pour finir en utilisant d’une analogie auto.Pour parler de la percée des voitures électriques aujourd’hui , doit -on encore se référer à ce prototype construit au début du siècle « la jamais contente  » ? Sérieusement , vous connaissez la réponse en sachant parfaitement que ces types de véhicules n’ont pas grands choses à voir .
    Cordialement : Matthias Second

    • flyingairy

      « construit au fond de leur garage »….ahahahah! elle est bien bonne! Allez dire celà à Mr Picard, et à toute l’équipe de Solar Impulse!!!
      Je comprends tout à fait Franck et son insistance sur le manque de « PRECISION » des journaleux, qui ont vite fait de faire d’une première d’un avion à vocation « commerciale » (vendu en série), une première mondiale qui n’en n’est pas une (la propulsion électrique d’aéronef existe depuis belle lurette).
      Allez aussi voir du côté de chez Sonex et de leur E-flight, aussi destiné à la production série (ah! m****! les français n’ont pas fait une « première »!!)… http://www.sonexaircraft.com/research/e-flight/updates/e-flight_042011.html
      Non, remettons les choses à leur place, c’est une première d’un … »E-Fan »…voilà ce qu’il fallait dire!!!
      M’enfin!

      • L’E-Flight n’est pas tout à fait comparable quand même : c’est une modification assez simple d’un design de base vendu en kit. Il aurait suffi que les partenaires du Cristalline décident de proposer leurs modifs à la vente pour que le CriCri soit dans la même situation. C’est quand même pas tout à fait la même chose qu’un design original conçu spécifiquement pour l’électrique comme le E-Fan…

  • Bonsoir Matthias et merci pour votre réponse.

    Avant tout chose, je suis moi-même désolé pour le ton. Il se trouve qu’après avoir à plusieurs reprises tenté d’expliquer calmement des choses (pas spécialement sur France TV, je précise), je suis arrivé à la conclusion qu’on obtient plus souvent une réaction en jouant la carte de l’énervement, quitte à devoir en rajouter délibérément une couche.

    Ensuite, je note que vous apportez spontanément la précision que votre sujet avait oubliée : « L’eFAN est le premier avion électrique autrement que construit que par des amateurs ». Là dessus, rien à dire (si je veux pinailler à mort, EADS était partenaire de la transformation en quadrimoteur électrique de F-PRCQ, mais ça restait tout de même de l’expérimental ponctuel). Je sais bien qu’il n’est pas évident de faire tenir un sujet en deux minutes (j’ai déjà du mal à faire tenir certaines choses en quatre pages) et j’ai déjà commis quelques beaux « accidents de coupe » — vous savez, ce moment où la place manque, où l’on fait sauter une information secondaire et où du coup, un des trucs qui restent devient faux. Je pense que la précision que l’E-fan n’est pas apparu ex nihilo et qu’il est principalement la concrétisation industrielle d’une longue est importante, mais je comprends qu’on ne peut pas s’étaler dans un deux minutes au 20h que dans un sujet d’Envoyé spécial.

    Je suis pas d’accord pour dire que le Cri-Cri vole comme un fer à repasser (il passe toute la voltige de base et, en bimoteur thermique, vole 250 nm à 100 kn), mais j’avoue une tendresse particulière pour les trucs bizarres qui volent contre toute logique, donc je suis peut-être pas objectif. 😉

    Enfin, lors du lancement des premières voitures électriques commerciales, je n’ai pas souvenir d’avoir entendu que leur motorisation fût une « première ». J’ai entendu que la Tesla était la « première sportive électrique produite en série », que la Leaf était « la première berline électrique commercialisée », etc. Encore une fois, je peux comprendre que le temps ait manqué pour faire la nuance : c’est le fait de présenter la motorisation comme une première « tout court » qui me choque.

    Encore une fois, merci en tout cas pour votre réponse.

  • Eul Fred

    L’énervement relatif de Franck me fait penser immédiatement à cette phrase : « You can get much farther with a kind word and a gun than you can with a kind word alone. »

    Et en fait, ça marche.

    En ce qui concerne les qualités de vol du CriCri, je m’abstiendrai de tout commentaire, n’ayant pas eu le plaisir de voler à son bord, vu que les versions biplaces n’existent pas.

    Pour autant, je trouve l’opposition ‘avion novateur » et « avion qui vole comme un fer à repasser » déplacée… De même, l’opposition avion destiné à la production en série et avion de construction amateur peut très bien se faire démonter facilement. Certains appareils à la longue carrière ont parfois commencé ainsi. Et dans les appareils de construction amateur, il y a des engins qui ont des performances hallucinantes bien supérieures à ceux produits en série.

  • Cédric

    Bonjour Messieurs,

    J’ai vu le reportage sur l’E-Fan que j’ai pu apprécié.

    Toutefois, permettez moi cette précision : depuis 2011, le fabricant européen d’avion Pipistrel commercialise le Taurus G4. C’est un motoplaneur bi-place à motorisation 100% électrique. Cet appareil certifié a, entre autre, été récompensé par la NASA. Donc en terme de première mondiale il y a un précédent.

    A propos des « amateurs de fond de garage » et de leur E-Cricri MC15E : voilà un sujet que je connais plutôt bien. Le E-Cricri Cristalline est le fruit du travail de deux sociétés : Electravia et Yankee Delta, dont je fais parti. Ces sociétés n’ont certes pas l’envergure d’EADS mais comptent dans leurs équipes des ingénieurs, mécaniciens et pilotes reconnus par leurs pairs.

    Quant aux qualités de vol du Cricri, c’est effectivemnt un avion fin à piloter mais de là à le comparer à un fer à repasser … je vous laisse juge.

    Bien cordialement.

  • Cédric

    Bonjour Messieurs,

    J’ai vu le reportage au sujet de l’E-Fan que j’ai trouvé intéressant. Toutefois, j’aimerais réagir sur ces points que je viens de lire :

    – La société européenne Pipistrel commercialise depuis 2011 le Taurus Electro. Cet appareil certifié est un moto-planeur biplace à propulsion 100% électrique. Il a été primé, entre autre, par la NASA. En terme de première mondiale il y a donc un précédent. L’E-Fan est intéressant de part son système d’hélice carénées (Fan).

    – Au sujet des « amateurs de fond de garage » et leur Cricri MC15E : Je connais bien le projet de l’E-Cricri Cristalline pour en faire parti. Ce projet est le fruit du travail de deux sociétés françaises : Electravia et YANKEE DELTA. Certes ces entreprises n’ont pas l’envergure du groupe EADS mais leurs équipes sont aussi constituées d’ingénieurs, de mécaniciens et de pilotes reconnus par leurs pairs. Le MC15E est un avion de record réalisé par des professionnels de l’aéronautique. Le but étant uniquement de valoriser la propulsion 100% électrique.

    Bien cordialement.