Joyeux anniversaire

À sa naissance, elle n’était pas spécialement appelée à briller et ses premiers babils n’attirèrent qu’une attention polie en dehors de sa famille. Tout changea lorsque son père fut amené à reprendre l’entreprise familiale, après que le gérant désigné claqua la porte pour une histoire de cœur. Dès quatorze ans, dans une période délicate où toutes les bonnes volontés étaient appréciées, elle commença à filer un coup de main à la boutique. Pas intimidée par les activités masculines, elle apprit la mécanique à une époque où, pour une femme, le simple fait de conduire était déjà à la limite de la rébellion ; son caractère affirmé lui fit également choisir l’homme de sa vie, que la légende dit qu’elle imposa à sa famille avant même sa majorité, et elle conserva son nom de jeune fille après leur mariage, poussant jusqu’à le transmettre à leurs enfants. Amenée encore jeune à tenir les rênes de la compagnie, elle fut chahutée par les cadres mais sut se faire apprécier de la base : elle gérait son affaire comme on tient un cheval paniqué ou comme on calme un visiteur nocturne, avec compréhension, sang-froid et une touche de fermeté — bien qu’en pratique, comme tout P-DG, elle n’ait eu qu’une influence limitée sur la vie quotidienne de l’entreprise. Son âge est maintenant un sujet de discussion quotidien chez ses subordonnés, mais elle ne semble pas décidée à arrêter de travailler et reste extrêmement populaire bien au delà de sa sphère d’influence.

Joyeux anniversaire, « Lilibet ».

Voir aussi :