Joyeux anniversaire

Il aimait la fête. Il aimait les gens, l’a­ni­ma­tion, la nou­veau­té, l’ex­ci­ta­tion. Il était né pour amu­ser la foule et, les beaux jours venus, celle-ci se fai­sait un plai­sir de faire un petit tour en train pour le voir. Oh, il n’é­tait pas exempt de défauts : il avait ten­dance à s’im­bi­ber et, lors­qu’il noyait ses soi­rées d’hi­ver, il ne fal­lait plus comp­ter sur lui avant l’é­té. On se las­sa de ses frasques et on l’ou­blia assez vite, mais il reste le pre­mier de son genre, un jalon mémo­rable de l’His­toire.

Joyeux anni­ver­saire, Port-Avia­tion. (Et du coup, joyeux anni­ver­saire, aéro­drome. Et puis joyeux anni­ver­saire, mee­ting aérien.)