Joyeux anniversaire

À sa nais­sance, il devait être un gen­til pro­fes­seur. Mais il avait aus­si des gènes de cri­quet, vous savez, ces insectes bizarres aux pattes trop grandes, qui volent qua­si­ment sur place ou tra­versent la pla­nète, sautent d’un point à un autre et retombent indemnes n’im­porte où. Il était donc bien trop poly­va­lent pour se conten­ter d’en­sei­gner les bases à des élèves dis­si­pés. Il s’est alors mis au voyage (et s’est fait beau­coup d’a­mis en Pologne), à la publi­ci­té et même à la gym­nas­tique. Bien qu’il atteigne la cin­quan­taine, il reste d’ailleurs un por­teur très appré­cié en acro­gym : ses épaules mus­clées, sa rela­tive agi­li­té et ses mou­ve­ments déli­cats lui per­mettent de faire prendre de la hau­teur en sou­plesse aux gym­nastes moins char­pen­tés.

Rallye
Le seul pro­blème de ce Ral­lye, c’est que le club de pla­neurs ne le prête pas à l’aé­ro-club.

Joyeux anni­ver­saire, Morane-Saul­nier (deve­nu Soca­ta) Ral­lye.